Séance tenante ! Ciné-conférence de Germaine Dulac prononcée le 17 juin 1924

Droits réservés

Une ciné-conférence remise en voix et en images par Marion Polirsztok (Universités Paris 8, Paris 3, Picardie Jules Verne) et Elodie Tamayo (Université Paris 3).

La séance est proposée à la Fondation Pathé le mercredi 3 octobre à partir de 16h.

Les ciné-conférences articulent l’art du langage à celui du montage, la science de l’extrait à celle de la formule, de l’argument. L’exaltation théorique est là — à condition qu’elle dise et fasse image, qu’elle soit le support d’une projection… d’idées, de formes, de désirs. Germaine Dulac, parmi les praticiens et théoriciens du cinéma français des années 1920, s’est adonnée avec talent à cette forme de séance particulière qu’ont prisé les avant-gardes et la jeune cinéphilie : la ciné-conférence — ce discours animé, mouvant, qui lie l’expertise du faiseur à la sensibilité du regardeur. En 1924, au Musée Galliera, la cinéaste explore les « procédés expressifs du cinématographe » et ouvre ainsi son propos :

« Le cinéma est un art muet. L’expression silencieuse en est la loi formelle, et, à ses serviteurs, pourrait s’appliquer cette sentence de l’Ecriture : Leur gosier ne proférera aucun son (…).  Aussi n’est-il pas étonnant qu’un « cinégraphiste » perde, au bout de quelques années de méditations et de réalisations… « cinégraphiques », l’habitude de la parole (…)
Puisque je suis cinégraphiste me voici désemparée devant vous, vous le comprendrez. Et pourtant je dois vous entretenir d’un sujet qui m’est particulièrement cher : des procédés expressifs du cinéma, du rôle des différents plans et angles de prise de vues, du fondu, du fondu enchaîné, de la surimpression, du flou, des déformations. En somme de toute la syntaxe du film. Mais autant cette syntaxe doit vous sembler barbare, autant elle me paraît, à moi, facile, simple, souple à manier en comparaison de celle qui régit l’écriture et le verbe.
            Combien je préfèrerais vous entretenir d’elle en faisant une démonstration vécue et combien je serais plus à l’aise si, à la place de tous ces feuillets, ayant mon opérateur et mon appareil de prises de vue auprès de moi, je pouvais, avec votre assentiment, vous prier d’être les interprètes d’une scène qui aurait pour objet : une conférence au musée Galliera, m’en tenant aux faits au lieu de mots. Je contournerai du reste la difficulté́ en m’appuyant continuellement sur des exemples projetés. »

Séance tenante ! Programme « Le cinéma comme divertissement »

Le Homard, 1915, Coll.Gaumont-Pathé Archives

Un bon cinéma est un endroit où l’on se divertit. Comme le rappelle un ouvrage s’adressant à des directeurs de salle en 1913, la conception d’un programme est tout un art et doit « révél[er] les terres lointaines, ouvr[ir] l’inconnu, et donn[er] aux bons citoyens la notion des voyages où le génie d’aventure se livrera libre carrière. » Ce programme conçoit la séance de cinéma comme un divertissement. Il s’articule autour de trois films où le cinématographe rappelle avec humour sa capacité, à la fois magique et thérapeutique, à distraire les foules. Alors qu’il sauve Max Pledge d’une situation dramatique dans Amour et science, il réconforte Léonce dans Le Homard qui préfère se « tenir les côtes » devant un bon film, plutôt que d’aller pêcher sous la tempête. Véritable machine à rêve, il transporte le spectateur dans des aventures héroïques, à l’instar de Frigo, qui s’imagine en bandit du Pôle-Nord alors qu’il s’endort dans une salle de cinéma.

La séance est proposée à la Fondation Pathé le mercredi 3 octobre à partir de 14h.

Le Homard – 1915 (15min)

Réalisation : Léonce Perret

Résumé : En vacances à Dinard en Bretagne, Suzanne prie son Léonce chéri de lui offrir un homard sur la jetée comme les pêcheurs les vendent à la sortie du bateau, mais Léonce les trouve trop chers. Une fois rentrés à l’hôtel, Suzanne boude et Léonce lui promet d’aller lui en pêcher lui-même.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

The Frozen North (Frigo l’esquimau) – 1922 (21min)

Realisation : Buster Keaton et Edward F. Cline

Avec : Buster Keaton, Edward F. Cline, Joe Roberts

Résumé : Buster s’endort au cinéma et rêve du Grand Nord enneigé où il chasserait les femmes.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

A Reckless Roméo (Fatty en bombe) – 1917 (12min)

Réalisation : Roscoe Arbuckle

Production : Comique Film Corporation

Avec : Roscoe Arbuckle « Fatty », Corinne Parquet, Buster Keaton

Résumé : Fatty séduit une jeune demoiselle dans un parc. Malheureusement pour lui, une équipe de cinéma filme les alentours à l’aide d’une caméra. Le soir, il invite sa fiancée et sa belle-mère à une projection.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Séance tenante ! « The Cameraman » de B. Keaton et E. Sedgwick – 1928, présenté par Charlotte Servel

© Warner Bros. All Rights Reserved

La séance est proposée à la Fondation Pathé le mardi 2 octobre à partir de 19h. Le film est présenté par Charlotte Servel (Université Paris 7).

Réalisateur : Edward Sedgwick et Buster Keaton

Production : Metro-Goldwyn-Mayer

Scenario : Clyde Bruckman, Lew Lipton et Byron Morgan

Avec : Buster Keaton, Marceline Day, Harold Goodwin, Sidney Bracey

Résumé : A New-York, les débuts de Shannon comme reporter d’une compagnie d’actualités cinématographiques sont désastreux. Encouragé par Sally, la secrétaire de la compagnie, il s’impose en tournant une émeute dans le quartier chinois. Ensuite, il sauve Sally évanouie lors d’un accident de hors-bord ; Mais c’est un autre qui s’attribue fallacieusement le mérite de cette belle action…

Film projeté en 35MM, copie provenant de Warner Bros Entertainment.

Séance tenante ! Programme « Le cinéma comme révélation » présenté par Charlotte Servel

Coll. Gaumont Pathé Archives

Du bain révélateur photochimique, à l’agrandissement lumineux de l’image par la projection, les étapes du cinématographe se donnent à voir comme une méthode de dévoilement : dans le noir de la salle, les yeux s’élargissent et les paupières sont dessillées par la lumière qui se fait sur l’écran. Dans les années 1910 cet imaginaire de la révélation prend également une tournure volontiers juridique, policière, indicielle. Car le cinéma, en tant qu’empreinte lumineuse, garde trace de ce qu’il enregistre, il fixe les actes et les conserve. Le fantasme de l’œil omniscient, objectif et juge de la machine est prégnant. Mais c’est également le caractère « public » de la révélation qui est investi. Une fois agrandies et publiquement projetées, les images incriminantes sont exposées à l’œil mécanique du projecteur ainsi qu’aux regards témoins des spectateurs. Ainsi la salle de cinéma s’apparente à celle d’un tribunal et le processus cinématographique se fait « procès » : de révélation, désignation, dénonciation.

La séance est proposée à la Fondation Pathé, le mardi 2 octobre à partir de 16h. Le programme est présenté par Charlotte Servel (Université Paris 7).

La Vengeance posthume du Dr. William – 1910 (14min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Résumé : Un homme commet un assassinat, sans savoir que le crime a été filmé par une caméra dissimulée.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Erreur tragique – 1912 (25min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Avec : Paul Manson, Ernest Bourbon, Marie Dorly, Suzanne Grandais, René Navarre

Résumé : En leur château des Cévennes, René et Suzanne de Romiguières vivent une délicieuse lune de miel. Lorsque le jeune marquis se retrouve à Paris pour affaires, il entre désœuvré dans un cinéma entre deux rendez-vous. Là, il reconnait Suzanne parmi les figurants dans une actualité.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

The Cameraman’s Revenge – 1912 (12min)

Réalisation : Wladyslaw Starewitch

Résumé : Un film dans le film par le maître du cinéma d’animation.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la collection Films Starewitch. Remerciements à la petite-fille du cinéaste-animateur, Léona Béatrice Martin-Starewitch.

Amour et science – 1912 (14min)

Réalisation : M. J. Roche

Production : Eclair

Résumé : Max Pledge, jeune savant, est à la recherche de la « vision à distance », c’est-à-dire la vue au téléphone de la personne avec laquelle on communique. Plongé dans ses recherches, il ferme la porte à sa fiancée Daisy. Le but tant désiré atteint par le savant, il lui donne rendez-vous par téléphone le lendemain à 7 heures. Daisy prépare alors une espièglerie afin de punir le jeune homme de l’avoir fait attendre.

Film projeté en 35MM, copie provenant du Eye Filmmuseum.

Séance tenante ! Programme « La séance de cinéma comme illusion » présenté par Charlotte Servel

Coll. Gaumont-Pathé Archives

La découverte du cinéma joua des tours à certains spectateurs qui pensaient que ce qu’ils voyaient sur l’écran se déroulait pour de vrai. Ainsi cite-t-on souvent l’anecdote de la projection de L’Arrivée d’un train en gare de la Ciotat des frères Lumière qui provoqua une telle peur chez certains spectateurs qu’ils reculèrent pensant qu’un vrai train arrivait sur eux. La confusion entre la réalité et la fiction est constitutive de nombreux films mettant en scène des séances de cinéma. L’illusion créée par le cinéma peut être traitée de façon dramatique comme dans Y a des fantômes dans la maison où l’action d’un film projeté en plein air est pris pour un vrai meurtre par une villageoise découvrant l’action à travers sa fenêtre. Cette illusion peut donner lieu à des variations comiques : Polichinelle et Pierrot s’amourachant d’une danseuse de French Cancan « sortie » de leur lanterne magique, un idiot se prenant pour Max Linder après avoir vu l’un de ses films, ou Charlot tombant éperdument amoureux d’une actrice vue dans un film qu’il retrouve en plein tournage d’une scène et sauve envers et contre tout.

Séance proposée à la Fondation Pathé le mardi 2 octobre à partir de 14h. La séance est présentée par Charlotte Servel (Université Paris 7).

Entrée du Cinématographe – 1896 (1min)

Opérateur : Charles Moisson

Résumé : Des piétons, des voitures à cheval et des omnibus passent sur la Kärntnerstrasse à Vienne. Une foule dense est massée devant l’entrée du Cinématographe Lumière.

Film projeté en version numérique, copie provenant de l’Institut Lumière.

A Film Johnnie (Charlot fait du cinema) – 1914 (11min)

Réalisation : Charlie Chaplin

Production : Keystone

Acteurs : Charlie Chaplin, Mabel Normand, Roscoe Abuckle

Résumé : Au cours d’une projection, Charlot tombe amoureux de l’actrice. Il se retrouve ensuite dans un studio de cinéma de la Keystone. Un tournage d’un film se terminera, par sa faute et sa maladresse, en véritable catastrophe.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Y a des fantômes dans la maison – 1914 (8min)

Production : Pathé Frères

Scénario : Louis Z. Rollini

Résumé : Un cinéma ambulant arrive au village et s’installe devant les Dupont. Yvonne Dupont demande ce qui se passe. On lui tend un prospectus : “Ce soir. Grande représentation cinématographique en plein air de L’Amour qui tue Drame » Les cinématographistes placent l’écran devant la fenêtre d’Yvonne. Celle-ci, ignorant ce détail, voit la scène du meurtre.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Un Idiot qui se croit Max Linder – 1914 (15min)

Réalisation : Roméo Bosetti

Avec : Roméo Bosetti, Max Linder

Résumé : Gustave vient d’être libéré de l’asile d’aliéné par le docteur Chumpoff qui déclare à la maman que Gustave est maintenant guéri. Gustave va au cinéma. Il voit le film de Max Linder Max pédicure et son imagination s’emballe.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Cinémathèque Française.

La lanterne magique – 1903 (5min)

Réalisation : Georges Méliès

Production : Star Film

Résumé : Polichinelle et Pierrot construisent une lanterne magique géante avec laquelle ils font des projections sur un mur. Ensuite, ils laissent sortir de la lanterne des danseuses anglaises, Arlequin et Colombine, et un groupe de danseuses classiques. Polichinelle et Pierrot se disputent une danseuse de French-Cancan. Les gendarmes interviennent.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Entracte – 1904 (1min)

Annonce quelque peu originale indiquant l’« Entracte »

Film projeté en version numérique, copie provenant du Centre National du Cinéma et de l’Image animée

Annonces pour les exploitants – 1917 (1min)

Montage de cartons d’entracte destinés aux salles de cinéma : un directeur de cinéma adresse notamment ses vœux, depuis le front à sa clientèle.Film projeté en version numérique, copie provenant du Centre National du Cinéma et de l’Image animée