[Séminaire – #séance 6] Les séances hors de la salle de cinéma dans et en dehors des institutions

Au programme de cette sixième séance de séminaire… dernière de l’année universitaire : interventions de Jonathan Pouthier (Musée national d’art moderne – Centre Pompidou) et du Comité du mercredi (Paris 3) – Jeudi 7 juin, de 18h à 20h

 

Anémic cinéma : brève histoire des espaces de projection au Centre Pompidou

Jonathan Pouthier

 

Présent dès l’ouverture du Centre Pompidou en 1977, le cinéma n’a jamais cessé de migrer au sein de l’institution parisienne. Cette histoire des espaces de projection au musée, qui n’est pas sans lien avec celle des collections et l’architecture du lieu, aura produit une pluralité de gestes de programmation sans avoir forcément su inventer un modèle qui lui serait propre.

Jonathan Pouthier – attaché de conservation et chargé de la programmation de la collection des films du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou

 

La programmation spontanée du Comité du mercredi

Comité du mercredi

 

Le Comité du mercredi est né d’un geste : la réappropriation d’un lieu académique, une salle de classe, transformé en salle de projection où proposer une programmation journalière. Nous étions libres d’organiser des évènements sans contrainte juridique, formelle ou économique, ce qui nous a permis de faire dialoguer les films avec des conférences, des rencontres — et avec l’actualité des luttes.
Bien sûr, ce lieu hybride ne nous donnait pas la possibilité de proposer des séances se devant d’offrir, comme l’écrit Amos Vogel, une expérience « totale, solitaire, hallucinatoire », au cours de laquelle « le spectateur oublie où il est, qui il est, et souffre de toute lumière accidentelle, de tout bruit parasite, provenant de la rue ou de l’auditoire, susceptibles de briser l’illusion qu’il cherche et à laquelle il consent. »
Ces séances aux conditions particulières (gratuites et ouvertes à tout.e.s : étudiant.e.s et ami.e.s, personnels de l’université, gens du quartier, passant.e.s alpagué.e.s au hasard) ont conduit à déconstruire la place du spectateur de cinéma et ses « règles de savoir vivre » intériorisées par tout.e.s (en termes de gestes ; d’allers-venus ; etc…)
L’université étant devenue enfin un lieu de vie, notre salle en était un organe enrichi par le passage quotidien des occupant.e.s, mais aussi soumis aux soubresauts et incertitudes inhérentes à une occupation sauvage.

Comité du mercredi – un comité né au sein de l’occupation de l’université Paris 3, pendant laquelle il s’est engagé à proposer quotidiennement des projections dans ce qui était alors une université ouverte

 

Interventions de 18h à 20h
Suivies d’un cocktail
Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation

Jeudi 7 juin
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

[Séminaire – #séance 5] Les séances en institutions

Cinemateca 18, Montevideo, Uruguay

Au programme de cette cinquième séance de séminaire : interventions de Beatriz Tadeo Fuica (Université de Saint Andrews / Marie Sklodowska Curie Fellowship – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et Stéphanie Louis (Institut d’Histoire du Temps Présent/CNRS) – Mercredi 16 mai, 18h-20h.

 

« Croisements entre l’Europe et l’Amérique du Sud : une étude de séances organisées par des cinémathèques au cours des années cinquante »

Beatriz Tadeo Fuica

Pour Henri Langlois l’exhibition des films était un des aspects essentiels de leur préservation. Dès le début de la création de la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF), il soutint l’inauguration de plusieurs cinémathèques dans le monde entier pour créer un circuit d’exhibition de films. Cette présentation fait partie d’un projet de recherche qui vise à étudier les interactions entre l’Europe et l’Amérique du Sud (représentée par l’Uruguay, le Brésil et l’Argentine) entre 1948 et 1959. Son objectif est de réfléchir sur l’importance d’étudier ces échanges en analysant, plus précisément, des exemples de séances organisées avec des films voyageant entre les cinémathèques.

Beatriz Tadeo Fuica – Docteure en films studies de l’Université de Saint Andrews / Marie Sklodowska Curie Fellowship et de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Le voyage à travers l’impossible, Georges Méliès, 1904

 

« Le génie et l’ordinaire. Remarques historiques sur les organisateurs de séances patrimoniales »

Stéphanie Louis

A partir d’archives diverses liées aux cinémathèques et archives du film, nous évoquerons quelques pistes permettant de penser la professionnalisation de l’organisation de séances en contexte patrimonial.

Stéphanie Louis – Chercheuse post-doctorale en histoire, Institut d’Histoire du Temps Présent/CNRS

Langlois transportant des bobines de film, photomontage d’Enrico Sarsini

 

Interventions de 18h à 20h
Suivies d’un cocktail
Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation

Mercredi 16 mai
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)