[Séminaire – #séance 2] Les dispositifs de la séance de la période muette

Prédication de Carême à Paris (dessin de Damblans), Le Fascinateur, n. 4, avril 1903, p. 98

(aussi et déjà dans Le Pèlerin, 29 mars 1903, pp. 248-249)

 

Au programme pour la deuxième séance de séminaire : interventions de Ferdinando Gizzi (INHA) et Marion Polirsztok (Paris 3) – Jeudi 22 février 2018, 18h-20h

 

La séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux selon le Fascinateur (période 1903-1914) : un essai de reconstruction

Ferdinando Gizzi (INHA)

Mon intervention propose de revenir sur la forme de la séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux « des origines » (1900-1914 environ) comme idéalement voulue par la Bonne Presse et comme magistralement documentée sur les pages du Fascinateur.

À travers la lecture comparée de plusieurs documents et l’analyse de témoignages autant écrits que visuels on essayera d’en faire une reconstitution la plus exacte et véritable possible, tout essayant de montrer que son caractère mixte et hybride (déjà remarqué et bien souligné dans les études – André ; Saint-Martin, etc.) doit se voir connoté dans le sens d’une progression – un climax – à la fois technique, représentatif (c’est-à-dire du contenu de la représentation en lui même) et de la réception émotionnelle des spectateurs.

Ferdinando Gizzi – Docteur en Histoire des Arts et du Spectacle, Université de Florence. Chargé des acquisitions en langue italienne au département du Développement des collections de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

 

Entre la scène et l’écran : atmosphère et imaginaire du Prologue dans la séance de cinéma aux Etats-Unis dans les années 1920

Marion Polirsztok (Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)

À la fin des années 1910-1920 se développent aux Etats-Unis des pratiques et des discours sur « l’art de présenter des films ». Si les manifestations et leurs nominations ne sont pas fixement définies, entre « presentation acts », « reviews », « elaborate programs », « stage spectacles » et autres « shows », il semble que le « prologue » se distingue par le lien qu’il entretient plus étroitement avec la principale attraction de la soirée, le « feature film », lien qui se manifeste par les décors, les actions et numéros, le thème, et aussi par l’« atmosphere », que nous interrogerons plus en détail. Des grands palaces de New York, Chicago ou Los Angeles, en passant par Detroit, Seattle ou Eugene dans l’Oregon, nous verrons que l’essor du prologue dans les années 1920 redistribue les alliances entre la scène et l’écran, spectacle vivant et spectacle d’ombres, donnant à penser la séance de cinéma dans ses multiples dimensions historique, économique, médiatique et artistique.

Marion Polirsztok – Chercheuse post-doctorale en études cinématographiques et audiovisuelles – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Russell F. Brown, exploitant du MacDonald à Eugene dans l’Oregon, se lance dans le prologue !

 Motion Picture News, vol. 33, n°14, 3 avril 1926, p.1530

Interventions de 18h à 20h

Suivies d’un pot

Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation
Jeudi 22 février
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

https://www.facebook.com/events/320746125112389/