[Séminaire – #séance 2] Les dispositifs de la séance de la période muette

Prédication de Carême à Paris (dessin de Damblans), Le Fascinateur, n. 4, avril 1903, p. 98

(aussi et déjà dans Le Pèlerin, 29 mars 1903, pp. 248-249)

 

Au programme pour la deuxième séance de séminaire : interventions de Ferdinando Gizzi (INHA) et Marion Polirsztok (Paris 3) – Jeudi 22 février 2018, 18h-20h

 

La séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux selon le Fascinateur (période 1903-1914) : un essai de reconstruction

Ferdinando Gizzi (INHA)

Mon intervention propose de revenir sur la forme de la séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux « des origines » (1900-1914 environ) comme idéalement voulue par la Bonne Presse et comme magistralement documentée sur les pages du Fascinateur.

À travers la lecture comparée de plusieurs documents et l’analyse de témoignages autant écrits que visuels on essayera d’en faire une reconstitution la plus exacte et véritable possible, tout essayant de montrer que son caractère mixte et hybride (déjà remarqué et bien souligné dans les études – André ; Saint-Martin, etc.) doit se voir connoté dans le sens d’une progression – un climax – à la fois technique, représentatif (c’est-à-dire du contenu de la représentation en lui même) et de la réception émotionnelle des spectateurs.

Ferdinando Gizzi – Docteur en Histoire des Arts et du Spectacle, Université de Florence. Chargé des acquisitions en langue italienne au département du Développement des collections de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

 

Entre la scène et l’écran : atmosphère et imaginaire du Prologue dans la séance de cinéma aux Etats-Unis dans les années 1920

Marion Polirsztok (Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)

À la fin des années 1910-1920 se développent aux Etats-Unis des pratiques et des discours sur « l’art de présenter des films ». Si les manifestations et leurs nominations ne sont pas fixement définies, entre « presentation acts », « reviews », « elaborate programs », « stage spectacles » et autres « shows », il semble que le « prologue » se distingue par le lien qu’il entretient plus étroitement avec la principale attraction de la soirée, le « feature film », lien qui se manifeste par les décors, les actions et numéros, le thème, et aussi par l’« atmosphere », que nous interrogerons plus en détail. Des grands palaces de New York, Chicago ou Los Angeles, en passant par Detroit, Seattle ou Eugene dans l’Oregon, nous verrons que l’essor du prologue dans les années 1920 redistribue les alliances entre la scène et l’écran, spectacle vivant et spectacle d’ombres, donnant à penser la séance de cinéma dans ses multiples dimensions historique, économique, médiatique et artistique.

Marion Polirsztok – Chercheuse post-doctorale en études cinématographiques et audiovisuelles – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Russell F. Brown, exploitant du MacDonald à Eugene dans l’Oregon, se lance dans le prologue !

 Motion Picture News, vol. 33, n°14, 3 avril 1926, p.1530

Interventions de 18h à 20h

Suivies d’un pot

Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation
Jeudi 22 février
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

https://www.facebook.com/events/320746125112389/

[Séminaire – #séance 1] La séance au prisme des études spectatorielles

carte postale des années 1910, collection privée de M. Nicholas Hiley

Le spectateur distrait :

les femmes dans les salles de cinéma au début du XXe siècle

Mireille Berton (Université de Lausanne)

Cette intervention propose d’analyser la manière dont la présence des spectatrices a été appréhendée dans les années 1910 et 1920, de sorte à mettre en évidence la prédominance de discours portant sur la visibilité des femmes dans des espaces publics jusque-là dominés par les hommes. Qu’il s’agisse de déplorer les cris des bébés qui accompagnent leur mère, de critiquer les chapeaux volumineux qui cachent l’écran ou de se plaindre de leurs épanchements sonores, les femmes sont considérées comme une entrave au rituel cinématographique. Aux côtés des discours sur les désagréments causés par leurs excès physiques et psychologiques, il en est un autre qui s’est développé sous différentes facettes : l’attraction que représente le corps de la spectatrice, laquelle est en droit de visiter les vues animées sans forcément être escortée par un homme. La spectatrice apparaît alors comme un objet de regard et de désir, au même titre que le film concentre l’attention du public – cette concurrence mettant en évidence l’association implicite entre la femme et les pouvoirs suggestifs des images mouvantes. Aussi, si la fréquentation des lieux de projection par les femmes dérange ou interroge, c’est notamment parce que leur corps constitue un pôle d’attraction qui vient distraire les spectateurs masculins. En ce sens, la femme empêcherait la bonne réception du film et inviterait de manière plus ou moins active aux comportements libertins. Les dangers d’une telle promiscuité sont alors très régulièrement évoqués dans la culture visuelle de l’époque ainsi que dans les discours des réformateurs qui craignent les effets négatifs du cinéma sur les comportements sexuels. Cependant, la co-présence des femmes et des hommes dans les salles ne fait pas uniquement l’objet d’une stigmatisation au prétexte qu’elle constituerait un obstacle à la constitution progressive d’un spectacle discipliné obéissant aux normes du bon goût bourgeois ; elle permet également d’offrir un accès à des expériences sociales et sexuelles alors inédites, offrant aux femmes une forme d’émancipation en dehors de l’espace domestique. Avec l’appui de documents d’époque (coupures de presse, ouvrages, cartes postales, films, articles de revues de cinéma, etc.), je souhaite explorer les enjeux liés à la dimension excessive de la spectatorialité féminine, afin de mettre en exergue la complexité de certains discours et représentations partagés entre indignation et fascination, mais aussi entre respect des codes moraux, enthousiasme pour la modernité et opportunisme économique.

 

Mireille Berton est maître d’enseignement et de recherche à la Section d’Histoire et
esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Ses recherches et ses enseignements portent principalement sur les rapports entre cinéma et sciences du psychisme, avec un intérêt particulier pour une approche croisant histoire culturelle, épistémologie des médias et gender studies. Elle est l’auteure de Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900 (L’Âge d’Homme, septembre 2015), et elle a co-dirigé avec Anne-Katrin Weber La Télévision du Téléphonoscope à YouTube. Pour une archéologie de l’audiovision (Antipodes, 2009). Elle travaille actuellement sur la représentation du fantôme et du médium spirite dans les films et séries télévisées contemporains (ouvrage à paraître chez Georg en 2018).

 

Intervention dans le cadre du séminaire Kinétraces 2018.

Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins) – De 18h à 20h

 

Séminaire « La séance de cinéma » : programme

Séminaire Kinétraces 2018

La séance de cinéma : sémantique, pratiques, imaginaires

Une séance par mois, de janvier à juin, de 18h à 20h
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

 

Lundi 29 Janvier : Ouverture du séminaire 

La séance au prisme des études spectatorielles

Introduction par les porteurs du projet Séance(s)

Mireille Berton – Maître d’enseignement et de recherche, Section d’histoire et esthétique du cinéma, Faculté des Lettres, Université de Lausanne : « Le spectateur distrait : les femmes dans les salles de cinéma au début du vingtième siècle ».

 

Jeudi 22 février : Les dispositifs de la séance de la période muette

Ferdinando Gizzi – Docteur en Histoire des Arts et du Spectacle, Université de Florence. Chargé des acquisitions en langue italienne au département du Développement des collections de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) : « La séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux selon le Fascinateur (période 1903-1914) : un essai de reconstruction ».

Marion Polirsztok – Chercheuse post-doctorale en études cinématographiques et audiovisuelles – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Entre la scène et l’écran : atmosphère et imaginaire du Prologue dans la séance de cinéma aux Etats-Unis dans les années 1920 ».

 

Mercredi 28 mars : Programmation et pédagogie, quels enjeux ?

Attention, programme modifié

Léo Souillés-Debats – Maître de conférence en études cinématographiques, Université de Lorraine :  » « Présentation-projection-discussion » : la séance de ciné-club ou quand la salle de classe rencontre celle du cinéma ».

Anne Gourdet-Mares – responsable des appareils et ateliers à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé : « Pédagogie et didactique du cinéma aujourd’hui : retour d’expérience »

Exceptionnellement, la séance aura lieu en 681C

 

Jeudi 26 avril – Les séances de cinéma « projetées en » littérature

Nadja Cohen – Chercheuse post-doctorale du FWO (fonds flamand de la recherche) en études littéraires, Université KU Leuven de Bruxelles : «Entrée des fantômes : la séance de cinéma dans le roman français contemporain »

Philippe de Vita – Professeur en lettres modernes, Université d’Orléans : « Projection du film, projection de la mémoire : la séance de cinéma dans les textes autobiographiques de cinéastes ».

Exceptionnellement, la séance aura lieu en 237C H-F 

 

Mercredi 16 mai : Les séances en institutions

Beatriz Tadeo Fuica, Docteur en films studies – Université de Saint Andrews / Marie Sklodowska Curie Fellowship – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Croisements entre l’Europe et l’Amérique du Sud : une étude de séances organisées par des cinémathèques au cours des années cinquante ».

Stéphanie Louis – Chercheuse post-doctorale en histoire, Institut d’Histoire du Temps Présent/CNRS : « Le génie et l’ordinaire. Représentations de la programmation cinématographique dans le milieu culturel ».

 

Jeudi 7 Juin : Le principe de séance peut-il s’exporter hors de la salle ?

Olivier Aïm – Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Celsa Paris-Sorbonne : « Existe-t-il un principe de séance dans le cas de la télévision ? ».

Jonathan Pouthier – Attaché de conservation et chargé de la programmation – Centre Pompidou : « Les salles/espaces de cinéma au Centre Pompidou ».

 

Avec le soutien de la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 ; de l’Université Paris Diderot – Paris 7 (CERILAC, axe EMOI) ; de l’École Doctorale 131 et du laboratoire ESTCA de l’Université Paris 8.