Colloque « Quand montrer c’est faire : performer la séance », les 11 et 12 décembre, INHA

Mis en avant

« Il n’a d’autre référent que sa profération : c’est un performatif », énonce Roland Barthes pour définir le discours amoureux dans ses célèbres Fragments.

La séance cinématographique peut, elle aussi, s’envisager sous l’angle de la performance : le film étant projeté, « agi », activé, par la tenue de la séance. Faire de la séance de cinéma un acte, penser ce qui fonde l’expérience cinématographique, voilà ce qui motive la tenue de ce colloque. La notion de séance requiert en effet une attention renouvelée, suivant les évolutions esthétiques, technologiques et sociales qui touchent au médium filmique et à ses modalités de monstration. Ces deux journées d’études et de projections, en présence de chercheurs, programmateurs, archivistes et artistes invitent à penser l’archéologie et les formes de la séance cinématographique en tant qu’acte performatif.

Engagé en 2017, le projet Séance(s) porté par l’association Kinétraces articule un ensemble de manifestations scientifiques et de valorisation autour de la notion de séance de cinéma (journée d’études, séminaire, publications, projections) – avec le soutien de la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, du laboratoire CERILAC et de l’Ecole Doctorale 131 de l’Université Paris Diderot – Paris 7 et du laboratoire ESTCA de l’Université Paris 8.

Colloque organisé à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris), Auditorium et salle Warburg, les 11 et 12 décembre 2018.

Programme

MARDI MATIN (11 décembre) – Auditorium

8h30 : Accueil des participants (salle Warburg)

9h : Introduction au colloque

Manon Billaut, Céline Pluquet, Charlotte Servel et Elodie Tamayo, comité organisateur et scientifique

La séance comme médium : performances, intermédialité

Modération : Romain Piana, maître de conférence en études théâtrales à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

9h15 : « Perhaps all the dragons de Berlin ou la performance cinématographique de six degrés de séparation »

Marion Brun, docteure en littérature française et professeure agrégée à l’Université de Valenciennes.

9h45 : « Cinéma vivant »

Erik Bullot, cinéaste, théoricien et enseignant à l’École nationale supérieure d’art de Bourges.

10h15 : « Surface Tension : quand l’Exploding Plastic Inevitable (EPI) warholien vrillait les nerfs »

Valerie Jottreau, doctorante en cinéma à l’Université Paris 8.

11h15 : PAUSE

Séances du futur : techniques et imaginaires

11h30 : Table-ronde avec Michael Couzigou, directeur de l’Atelier des Lumières et Camille Lopato, fondatrice de Diversion Cinéma.

13h : DÉJEUNER (salle Warburg)

MARDI APRÈS-MIDI (11 décembre) – Auditorium

Performer la séance de patrimoine

Modération Marie Frappat, maîtresse de conférence en cinéma à l’Université Paris Diderot – Paris 7

14h30 : « Âmes de fous (Germaine Dulac) : lecture théâtralisée »

Emilie Cauquy, responsable de l’accès et de la valorisation des collections films de la Cinémathèque française, et Clément Lafite, archiviste à Ciné-Archives et chercheur auprès de Light Cone sur les fonds Dulac.

15h15 : « Conserver l’héritage du spectacle cinématographique »

Jean-Pierre Verscheure, chercheur et restaurateur dans le domaine de l’archéologie technologique du cinéma, professeur honoraire à l’INSAS, président de Cinévolution Studio.

MARDI SOIR (11 décembre)

Les séances de salon.

Projection privée en appartement. Ciné-concert sur invitation.

MERCREDI MATIN  (12 décembre) – Salle Vasari

9h : accueil des participants

Un spectacle sonore

Modération Teresa Faucon, maîtresse de conférence en cinéma à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

9h30 : « Chantons sous la toile ! Le public fait le spectacle »

Martin Barnier, professeur des universités en cinéma à l’Université Lumière – Lyon 2.

10h : « Performer le cinéma, cinématographier la performance : scénographie et poïétique des performances audiovisuelles »

Maxime Watier, docteur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

11h : PAUSE

11h30 : « Bonimenter au ciné »

Charlotte Hubert, artiste-performeuse, et Florence Jou, poétesse.

12h00 : « Guy Debord, ou les Hurlements des spectateurs »

Nawel Sebih, docteure en cinéma à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

13h : DÉJEUNER (salle Warburg)

MERCREDI APRÈS-MIDI (12 décembre) – Salle Vasari

La séance en actes : politiques de la projection  

Modération : Mireille Berton, maîtresse d’enseignement et de recherche en histoire et esthétique du cinéma à l’UNIL à l’Université de Lausanne.

14h30 : « Perturber la séance tout en performant ! Les manifestations dans les salles de cinéma à partir du cas de la contestation de l’Âge d’or au Studio 28 »

Mélisande Levantopoulos, maîtresse de conférence en cinéma à l’Université Paris 8.

15h : « Le plaisir partagé avec l’ennemi : les séances dans les cinémas de Metz pendant la Seconde Guerre Mondiale »

Anthony Rescigno, docteur en Arts à l’Université de Lorraine.

15h30 : ‘‘Love, Tears and Politics: Screening and reception of Indian films in Soviet Union’’

Deimantas Valančiūnas, Associate Professor of Visual and Popular Cultures of Asia, Institute of Asian and Transcultural Studies, Vilnius University.

16h30 : PAUSE

Séances en autogestion d’hier et d’aujourd’hui

17h : « Un cas d’autogestion ouvrière à Fabbrico (Reggio d’Émilie) »

Federico Lancialonga, doctorant en cinéma à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

17h30 :  « L’expérience des Ragazzi del Cinema America de Rome »

Federico Bernacchi, Valerio Carocci, programmateurs et activistes.

18h30 : Cocktail

JEUDI SOIR (13 décembre)

Soirée de clôture au cinéma le Grand Action (5 rue des écoles, 75005, Paris), suivie d’un verre.

Performer la séance télévisée

20h30 : Projection de Uno contro tutti, avec Carmelo Bene (Italie, Maurizio Costanzo Show, 1994).

En partenariat avec l’association Image et Parole.


Séance tenante ! Ciné-conférence de Germaine Dulac prononcée le 17 juin 1924

Droits réservés

Une ciné-conférence remise en voix et en images par Marion Polirsztok (Universités Paris 8, Paris 3, Picardie Jules Verne) et Elodie Tamayo (Université Paris 3).

La séance est proposée à la Fondation Pathé le mercredi 3 octobre à partir de 16h.

Les ciné-conférences articulent l’art du langage à celui du montage, la science de l’extrait à celle de la formule, de l’argument. L’exaltation théorique est là — à condition qu’elle dise et fasse image, qu’elle soit le support d’une projection… d’idées, de formes, de désirs. Germaine Dulac, parmi les praticiens et théoriciens du cinéma français des années 1920, s’est adonnée avec talent à cette forme de séance particulière qu’ont prisé les avant-gardes et la jeune cinéphilie : la ciné-conférence — ce discours animé, mouvant, qui lie l’expertise du faiseur à la sensibilité du regardeur. En 1924, au Musée Galliera, la cinéaste explore les « procédés expressifs du cinématographe » et ouvre ainsi son propos :

« Le cinéma est un art muet. L’expression silencieuse en est la loi formelle, et, à ses serviteurs, pourrait s’appliquer cette sentence de l’Ecriture : Leur gosier ne proférera aucun son (…).  Aussi n’est-il pas étonnant qu’un « cinégraphiste » perde, au bout de quelques années de méditations et de réalisations… « cinégraphiques », l’habitude de la parole (…)
Puisque je suis cinégraphiste me voici désemparée devant vous, vous le comprendrez. Et pourtant je dois vous entretenir d’un sujet qui m’est particulièrement cher : des procédés expressifs du cinéma, du rôle des différents plans et angles de prise de vues, du fondu, du fondu enchaîné, de la surimpression, du flou, des déformations. En somme de toute la syntaxe du film. Mais autant cette syntaxe doit vous sembler barbare, autant elle me paraît, à moi, facile, simple, souple à manier en comparaison de celle qui régit l’écriture et le verbe.
            Combien je préfèrerais vous entretenir d’elle en faisant une démonstration vécue et combien je serais plus à l’aise si, à la place de tous ces feuillets, ayant mon opérateur et mon appareil de prises de vue auprès de moi, je pouvais, avec votre assentiment, vous prier d’être les interprètes d’une scène qui aurait pour objet : une conférence au musée Galliera, m’en tenant aux faits au lieu de mots. Je contournerai du reste la difficulté́ en m’appuyant continuellement sur des exemples projetés. »

Séance tenante ! Programme « Le cinéma comme divertissement »

Le Homard, 1915, Coll.Gaumont-Pathé Archives

Un bon cinéma est un endroit où l’on se divertit. Comme le rappelle un ouvrage s’adressant à des directeurs de salle en 1913, la conception d’un programme est tout un art et doit « révél[er] les terres lointaines, ouvr[ir] l’inconnu, et donn[er] aux bons citoyens la notion des voyages où le génie d’aventure se livrera libre carrière. » Ce programme conçoit la séance de cinéma comme un divertissement. Il s’articule autour de trois films où le cinématographe rappelle avec humour sa capacité, à la fois magique et thérapeutique, à distraire les foules. Alors qu’il sauve Max Pledge d’une situation dramatique dans Amour et science, il réconforte Léonce dans Le Homard qui préfère se « tenir les côtes » devant un bon film, plutôt que d’aller pêcher sous la tempête. Véritable machine à rêve, il transporte le spectateur dans des aventures héroïques, à l’instar de Frigo, qui s’imagine en bandit du Pôle-Nord alors qu’il s’endort dans une salle de cinéma.

La séance est proposée à la Fondation Pathé le mercredi 3 octobre à partir de 14h.

Le Homard – 1915 (15min)

Réalisation : Léonce Perret

Résumé : En vacances à Dinard en Bretagne, Suzanne prie son Léonce chéri de lui offrir un homard sur la jetée comme les pêcheurs les vendent à la sortie du bateau, mais Léonce les trouve trop chers. Une fois rentrés à l’hôtel, Suzanne boude et Léonce lui promet d’aller lui en pêcher lui-même.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

The Frozen North (Frigo l’esquimau) – 1922 (21min)

Realisation : Buster Keaton et Edward F. Cline

Avec : Buster Keaton, Edward F. Cline, Joe Roberts

Résumé : Buster s’endort au cinéma et rêve du Grand Nord enneigé où il chasserait les femmes.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

A Reckless Roméo (Fatty en bombe) – 1917 (12min)

Réalisation : Roscoe Arbuckle

Production : Comique Film Corporation

Avec : Roscoe Arbuckle « Fatty », Corinne Parquet, Buster Keaton

Résumé : Fatty séduit une jeune demoiselle dans un parc. Malheureusement pour lui, une équipe de cinéma filme les alentours à l’aide d’une caméra. Le soir, il invite sa fiancée et sa belle-mère à une projection.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Séance tenante ! « The Cameraman » de B. Keaton et E. Sedgwick – 1928, présenté par Charlotte Servel

© Warner Bros. All Rights Reserved

La séance est proposée à la Fondation Pathé le mardi 2 octobre à partir de 19h. Le film est présenté par Charlotte Servel (Université Paris 7).

Réalisateur : Edward Sedgwick et Buster Keaton

Production : Metro-Goldwyn-Mayer

Scenario : Clyde Bruckman, Lew Lipton et Byron Morgan

Avec : Buster Keaton, Marceline Day, Harold Goodwin, Sidney Bracey

Résumé : A New-York, les débuts de Shannon comme reporter d’une compagnie d’actualités cinématographiques sont désastreux. Encouragé par Sally, la secrétaire de la compagnie, il s’impose en tournant une émeute dans le quartier chinois. Ensuite, il sauve Sally évanouie lors d’un accident de hors-bord ; Mais c’est un autre qui s’attribue fallacieusement le mérite de cette belle action…

Film projeté en 35MM, copie provenant de Warner Bros Entertainment.

Séance tenante ! Programme « Le cinéma comme révélation » présenté par Charlotte Servel

Coll. Gaumont Pathé Archives

Du bain révélateur photochimique, à l’agrandissement lumineux de l’image par la projection, les étapes du cinématographe se donnent à voir comme une méthode de dévoilement : dans le noir de la salle, les yeux s’élargissent et les paupières sont dessillées par la lumière qui se fait sur l’écran. Dans les années 1910 cet imaginaire de la révélation prend également une tournure volontiers juridique, policière, indicielle. Car le cinéma, en tant qu’empreinte lumineuse, garde trace de ce qu’il enregistre, il fixe les actes et les conserve. Le fantasme de l’œil omniscient, objectif et juge de la machine est prégnant. Mais c’est également le caractère « public » de la révélation qui est investi. Une fois agrandies et publiquement projetées, les images incriminantes sont exposées à l’œil mécanique du projecteur ainsi qu’aux regards témoins des spectateurs. Ainsi la salle de cinéma s’apparente à celle d’un tribunal et le processus cinématographique se fait « procès » : de révélation, désignation, dénonciation.

La séance est proposée à la Fondation Pathé, le mardi 2 octobre à partir de 16h. Le programme est présenté par Charlotte Servel (Université Paris 7).

La Vengeance posthume du Dr. William – 1910 (14min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Résumé : Un homme commet un assassinat, sans savoir que le crime a été filmé par une caméra dissimulée.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Erreur tragique – 1912 (25min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Avec : Paul Manson, Ernest Bourbon, Marie Dorly, Suzanne Grandais, René Navarre

Résumé : En leur château des Cévennes, René et Suzanne de Romiguières vivent une délicieuse lune de miel. Lorsque le jeune marquis se retrouve à Paris pour affaires, il entre désœuvré dans un cinéma entre deux rendez-vous. Là, il reconnait Suzanne parmi les figurants dans une actualité.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

The Cameraman’s Revenge – 1912 (12min)

Réalisation : Wladyslaw Starewitch

Résumé : Un film dans le film par le maître du cinéma d’animation.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la collection Films Starewitch. Remerciements à la petite-fille du cinéaste-animateur, Léona Béatrice Martin-Starewitch.

Amour et science – 1912 (14min)

Réalisation : M. J. Roche

Production : Eclair

Résumé : Max Pledge, jeune savant, est à la recherche de la « vision à distance », c’est-à-dire la vue au téléphone de la personne avec laquelle on communique. Plongé dans ses recherches, il ferme la porte à sa fiancée Daisy. Le but tant désiré atteint par le savant, il lui donne rendez-vous par téléphone le lendemain à 7 heures. Daisy prépare alors une espièglerie afin de punir le jeune homme de l’avoir fait attendre.

Film projeté en 35MM, copie provenant du Eye Filmmuseum.

Séance tenante ! Programme « La séance de cinéma comme illusion » présenté par Charlotte Servel

Coll. Gaumont-Pathé Archives

La découverte du cinéma joua des tours à certains spectateurs qui pensaient que ce qu’ils voyaient sur l’écran se déroulait pour de vrai. Ainsi cite-t-on souvent l’anecdote de la projection de L’Arrivée d’un train en gare de la Ciotat des frères Lumière qui provoqua une telle peur chez certains spectateurs qu’ils reculèrent pensant qu’un vrai train arrivait sur eux. La confusion entre la réalité et la fiction est constitutive de nombreux films mettant en scène des séances de cinéma. L’illusion créée par le cinéma peut être traitée de façon dramatique comme dans Y a des fantômes dans la maison où l’action d’un film projeté en plein air est pris pour un vrai meurtre par une villageoise découvrant l’action à travers sa fenêtre. Cette illusion peut donner lieu à des variations comiques : Polichinelle et Pierrot s’amourachant d’une danseuse de French Cancan « sortie » de leur lanterne magique, un idiot se prenant pour Max Linder après avoir vu l’un de ses films, ou Charlot tombant éperdument amoureux d’une actrice vue dans un film qu’il retrouve en plein tournage d’une scène et sauve envers et contre tout.

Séance proposée à la Fondation Pathé le mardi 2 octobre à partir de 14h. La séance est présentée par Charlotte Servel (Université Paris 7).

Entrée du Cinématographe – 1896 (1min)

Opérateur : Charles Moisson

Résumé : Des piétons, des voitures à cheval et des omnibus passent sur la Kärntnerstrasse à Vienne. Une foule dense est massée devant l’entrée du Cinématographe Lumière.

Film projeté en version numérique, copie provenant de l’Institut Lumière.

A Film Johnnie (Charlot fait du cinema) – 1914 (11min)

Réalisation : Charlie Chaplin

Production : Keystone

Acteurs : Charlie Chaplin, Mabel Normand, Roscoe Abuckle

Résumé : Au cours d’une projection, Charlot tombe amoureux de l’actrice. Il se retrouve ensuite dans un studio de cinéma de la Keystone. Un tournage d’un film se terminera, par sa faute et sa maladresse, en véritable catastrophe.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Y a des fantômes dans la maison – 1914 (8min)

Production : Pathé Frères

Scénario : Louis Z. Rollini

Résumé : Un cinéma ambulant arrive au village et s’installe devant les Dupont. Yvonne Dupont demande ce qui se passe. On lui tend un prospectus : “Ce soir. Grande représentation cinématographique en plein air de L’Amour qui tue Drame » Les cinématographistes placent l’écran devant la fenêtre d’Yvonne. Celle-ci, ignorant ce détail, voit la scène du meurtre.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Un Idiot qui se croit Max Linder – 1914 (15min)

Réalisation : Roméo Bosetti

Avec : Roméo Bosetti, Max Linder

Résumé : Gustave vient d’être libéré de l’asile d’aliéné par le docteur Chumpoff qui déclare à la maman que Gustave est maintenant guéri. Gustave va au cinéma. Il voit le film de Max Linder Max pédicure et son imagination s’emballe.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Cinémathèque Française.

La lanterne magique – 1903 (5min)

Réalisation : Georges Méliès

Production : Star Film

Résumé : Polichinelle et Pierrot construisent une lanterne magique géante avec laquelle ils font des projections sur un mur. Ensuite, ils laissent sortir de la lanterne des danseuses anglaises, Arlequin et Colombine, et un groupe de danseuses classiques. Polichinelle et Pierrot se disputent une danseuse de French-Cancan. Les gendarmes interviennent.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Entracte – 1904 (1min)

Annonce quelque peu originale indiquant l’« Entracte »

Film projeté en version numérique, copie provenant du Centre National du Cinéma et de l’Image animée

Annonces pour les exploitants – 1917 (1min)

Montage de cartons d’entracte destinés aux salles de cinéma : un directeur de cinéma adresse notamment ses vœux, depuis le front à sa clientèle.Film projeté en version numérique, copie provenant du Centre National du Cinéma et de l’Image animée

Séance tenante ! Programme « La séance de cinéma délirée par le projectionniste » présenté par Élodie Tamayo

Lui… directeur de cinéma, 1919
Coll. Gaumont Pathé Archives

 Le projectionniste joue un rôle essentiel dans le bon déroulement de la séance. Il a la charge de placer la bobine dans le projecteur, puis de faire défiler la pellicule en tournant la manivelle à la bonne cadence, afin que le film soit projeté avec le bon rythme, ni trop accéléré, ni trop ralenti. Un geste malencontreux, une inattention, un empressement du projectionniste, et c’est toute la pellicule qui s’emballe, voire s’embrase, et projette un drôle de film provoquant affront, confusion et jubilation dans le public. C’est aussi tout le mystère de la séance de cinéma qui est dévoilé dans ces films qui montrent l’envers du décor.

Séance projetée à la Fondation Pathé le samedi 29 septembre 2018, à partir de 16h. La séance est présentée par Élodie Tamayo (Université Paris 3)

Arthème opérateur – 1913 (7min)

Réalisation : Ernest Servaès

Production : Société Générale des Cinématographes Eclipse

Avec : Ernest Servaès

Résumé : Arthème lit une petite annonce dans le journal : un cinéma recherche un opérateur. Il s’exerce à tourner une manivelle durant son trajet dans la rue, devant une épicerie. Arrivé au cinéma, il passe un entretien avec le directeur et est engagé.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Cinémathèque Française.

L’Illustre actrice Cicala Formica – 1920 (20min)

Réalisation : Lucio d’Ambra

Avec : Lia Formia, Riccardo Bertacchini, Renato Piacentini

Résumé : Une jeune femme rêve de devenir la plus grande diva de tous les temps. Elle démarre sa carrière d’actrice en interprétant un premier rôle dans un film mais, lors de la première, la projection ne se passe pas comme prévu.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Cineteca Nazionale Roma.

Wenn Die Filmkleberin Gebummelt Hat – 1925 (17min)

Réalisation : O.F. Maurer

Avec : Lil Dagover

Résumé : En prévision d’une projection, une jeune femme se dépêche pour terminer le montage de son film. Ce qui est alors montré à l’écran se révèle une combinaison aléatoire des images.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Deutsches Filminstitut.

Lui … directeur de cinéma – 1918 (4min)

Réalisation : Hal Roach

Production : Phun Philms

Avec : Harold Lloyd

Résumé : Lui cumule toutes les fonctions : caissier et ouvreur. Dans la salle, il place les spectateurs d’une façon fantaisiste et parfois musclée.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Sherlock Junior – 1922 (44min)

Réalisation : Buster Keaton

Production : Metro Pictures Corporation

Avec : Buster Keaton, Kathryn McGuire, Joe Keaton

Résumé : Un projectionniste s’endort lors d’une séance. Son double quitte alors la cabine et rentre dans l’image en s’approchant de l’écran. Participant à l’intrigue, le jeune homme devient Sherlock Junior.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Park Circus.


Séance tenante ! Programme « Séance de séduction », présenté par Élodie Tamayo

Les salles de cinéma apparaissent souvent comme des lieux licencieux à cause de l’obscurité qui y règne. Les spectatrices de cinéma semblent ajouter au supposé désordre moral des salles obscures par leur corps érotisé comme le dénonce le film Those Awful Hats. Les séances de cinéma montrées dans les films se transforment alors soit en séances de séduction où des gros plans révèlent un pied en rencontrant un autre, un genou en frôlant un autre, une main en caressant une autre… soit en performances mises en œuvre par les prétendants pour impressionner leurs dulcinées. Ces « rencontres à tâtons » auxquelles se livrent Léonce, Charlot, Rigadin et Fatty deviennent ainsi des « colin-maillard sentimenta[ux] », pour reprendre la belle expression du poète Robert Desnos.

Séance projetée à la Fondation Pathé le samedi 29 septembre à partir de 14h. La séance est présentée par Élodie Tamayo (Université Paris 3)

Those Love Pangs (Charlot rival d’amour), 1914

Those Love Pangs (Charlot rival d’amour) – 1914 (16min)  

Réalisation : Charlie Chaplin

Production : Keystone

Avec : Charlie Chaplin,

Résumé : Charlot et Chester se lancent dans une compétition de séduction. Essuyant de nombreux refus, Charlot tente de conquérir l’amoureuse de son rival.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.

Léonce cinématographiste, 1913

Léonce cinématographiste – 1903 (17min)

Réalisation : Léonce Perret

Résumé : Absorbé par son travail de réalisateur aux Studios Gaumont, Léonce déserte le foyer conjugal. Et Poupette sa femme, le soupçonne d’infidélité…

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Rigadin n’aime plus le cinéma, 1916

Rigadin n’aime plus le cinéma – 1916 (14min)

Réalisation : Georges Monca

Résumé : Un père désireux de marier sa fille, lui présente trois prétendants dont Rigadin. Voyant qu’il n’a pas la préférence de la jeune fille, Rigadin fait le beau en organisant une séance de cinéma pour sa dulcinée.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Those Awful Hats – 1909 (2min)

Réalisation : D. W. Griffith          

Acteurs : Linda Arvidson, John R. Cumpson, Mack Sennett

Résumé : Lors d’une projection, des spectatrices rentrent dans la salle de cinéma sans retirer leurs couvre-chefs parés d’outranciers ornements et cela, au grand dam de ces messieurs.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Lobster Films.


Séance tenante ! Koenigsmark de Léonce Perret – 1923 (2h57)

Koenigsmark, Léonce Perret, affiche de Elisabeth G., coll. Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
© 1923 – Films Radia

Programme projeté à la Fondation Pathé le vendredi 28 septembre 2018, à partir de 15h.

Réalisateur : Léonce Perret

Production : Société des Films Radia

Scénario : Léonce Perret et René Champigny

Adapté du roman éponyme de Pierre Benoit paru en 1918.

Avec : Huguette Duflos, Jaque Catelain, Marcya Capri, Georges Vaultierl

Résumé : Aurore épouse le grand-duc Rodolphe de Lautenbourg, héritier d’une petite principauté allemande. Mais celui-ci meurt mystérieusement à l’occasion d’une mission en Afrique. Raoul Vignerte arrive au palais en tant que précepteur du fils du grand-duc Frédéric de Lautenbourg, beau-frère et deuxième mari d’Aurore, qui a hérité du grand-duché. Vignerte va découvrir les secrets et intrigues qui se cachent derrière les murs du château…

La copie projetée en version numérique provient de la Cinémathèque Française.

Précédé par la vue d’actualité :

Tournage d’une scène de Koenigsmark – 1923 (1min)

De hauts dignitaires assistent à la prise de vues d’une séquence du film de Léonce Perret intitulé Koenigsmark. Pathé Journal Actualités

La copie projetée en version numérique provient de Gaumont Pathé Archives.

Séance tenante ! Programme « Le cinéma comme révélation »

Du bain révélateur photochimique, à l’agrandissement lumineux de l’image par la projection, les étapes du cinématographe se donnent à voir comme une méthode de dévoilement : dans le noir de la salle, les yeux s’élargissent et les paupières sont dessillées par la lumière qui se fait sur l’écran. Dans les années 1910 cet imaginaire de la révélation prend également une tournure volontiers juridique, policière, indicielle. Car le cinéma, en tant qu’empreinte lumineuse, garde trace de ce qu’il enregistre, il fixe les actes et les conserve. Le fantasme de l’œil omniscient, objectif et juge de la machine est prégnant. Mais c’est également le caractère « public » de la révélation qui est investi. Une fois agrandies et publiquement projetées, les images incriminantes sont exposées à l’œil mécanique du projecteur ainsi qu’aux regards témoins des spectateurs. Ainsi la salle de cinéma s’apparente à celle d’un tribunal et le processus cinématographique se fait « procès » : de révélation, désignation, dénonciation.

Séance projetée à la Fondation Pathé le jeudi 27 septembre 2018, à partir de 14h.

La Vengeance posthume du Dr. William – 1910 (14min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Résumé : Un homme commet un assassinat, sans savoir que le crime a été filmé par une caméra dissimulée.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

Erreur tragique, 1912

Erreur tragique – 1912 (25min)

Réalisation : Louis Feuillade

Production : Gaumont

Avec : Paul Manson, Ernest Bourbon, Marie Dorly, Suzanne Grandais, René Navarre

Résumé : En leur château des Cévennes, René et Suzanne de Romiguières vivent une délicieuse lune de miel. Lorsque le jeune marquis se retrouve à Paris pour affaires, il entre désœuvré dans un cinéma entre deux rendez-vous. Là, il reconnait Suzanne parmi les figurants dans une actualité.

Film projeté en version numérique, copie provenant de Gaumont Pathé Archives (GPA).

The Cameraman’s Revenge – 1912 (12min)

Réalisation : Wladyslaw Starewitch

Résumé : Un film dans le film par le maître du cinéma d’animation.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la collection Films Starewitch. Remerciements à la petite-fille du cinéaste-animateur, Léona Béatrice Martin-Starewitch.

Amour et science – 1912 (14min)

Réalisation : M. J. Roche

Production : Eclair

Résumé : Max Pledge, jeune savant, est à la recherche de la « vision à distance », c’est-à-dire la vue au téléphone de la personne avec laquelle on communique. Plongé dans ses recherches, il ferme la porte à sa fiancée Daisy. Le but tant désiré atteint par le savant, il lui donne rendez-vous par téléphone le lendemain à 7 heures. Daisy prépare alors une espièglerie afin de punir le jeune homme de l’avoir fait attendre.

Film projeté en 35MM, copie provenant du Eye Filmmuseum.

Séance Tenante ! Programme « À l’omnia-Pathé le 26 juin 1914 » présenté par Manon Billaut

Programme de la salle de l’Omnia-Pathé, Coll. Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © ca 1912

Première salle sédentaire Pathé, le « Théâtre du cinématographe Pathé » qui prendra bientôt le nom de l’Omnia-Pathé ouvre le 14 décembre 1906 au 5 boulevard Montmartre, à côté du théâtre des Variétés. La façade et l’intérieur de la salle ne lésinent pas sur le faste du décor néo-classique : pilastres, colonnades, guirlandes, festons en relief. La salle est dotée d’un orchestre et d’un bruiteur, mais pas de commentateur pour bonimenter les séances qui doivent se comprendre d’elles-mêmes comme le clame le programme le soir de l’ouverture. Elle peut accueillir 250 personnes tous les jours, de 14h30 à 18h et de 20h30 à 23h-23h30. Les séances durent généralement deux heures, avec des programmes composites hebdomadaires proposant une douzaine de films Pathé en tous genres (scène d’actualité, vue pittoresque, bande comique, drame…).

En 1912, l’Omnia fait peau neuve, agrandi et transformé par l’architecte Auguste Waser. La séance aussi évolue, avec l’avènement du long métrage et l’installation de cabines à double-poste permettant la projection en continu. En juin 1914, deux mois avant la mobilisation générale qui mettra un frein à l’industrie cinématographique, le cinéma propose un drame, une vue instructive, un film américain, (Le Gardien du phare), une scène de plein air montrant la France pittoresque (A Travers le Quercy), et une scène comique. Nous vous en proposons une sélection

Programme proposé à la Fondation Pathé le mercredi 26 septembre 2018, à partir de 14h. La séance est présentée par Manon Billaut (Fondation Pathé / Université Paris 3).


L’Aquarium d’eau douce – 1914 (4min)

(Scène instructive)

Production : Pathé Frères

Résumé : Beaucoup de personnes possèdent chez elles un aquarium avec des poissons rouges, comme d’autres possèdent une cage avec des oiseaux. Voici, pour l’amateur éclairé, quelques spécimens d’espèces qui, aux beaux jours, peuvent donner à son aquarium un intérêt beaucoup plus grand.

Film projeté en 35MM, copie provenant de Fondazione Cineteca di Bologna.

Bigorno et le parachute – 1914 (9 min)

(Scène comique)

Production : Pathé Frères

Résumé : Bigorno est amoureux de sa jolie voisine, Mlle Agathe. Il lui demande sa main. Mais la jeune suffragette a inventé un modèle de parachute qu’elle entend faire expérimenter à son fiancé. D’où les plus extraordinaires péripéties, qui s’achèvent sur le triomphe de notre héros.

Film projeté en DCP, Fonds Fondation Jérôme Seydoux-Pathé                      

La Colpa di Giovanna – 1914 (35min)

Réalisation : Ugo Falena

Avec : Ettore Berti, Guido Brignogne, Lea Campioni

Résumé : Giovanna Nesti, jeune ouvrière de Rome, qui possède une voix d’or, reçoit d’avantageuses propositions d’un directeur de music-hall. En butte aux tentations où l’expose sa beauté et sa notoriété naissante, elle cède aux instances du duc de Valdana, qui se fait passer pour architecte et lui promet le mariage. La jalousie d’un amoureux éconduit lui révèle bientôt son erreur.

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Cinémathèque Française.

Intérieur de la salle, détail d’une avant-scène
Salle de l’Omnia-Pathé, photographie de A. Chevojon, Coll. Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 1913

Ce programme sera suivi de

Maciste – 1915 (1h07)

Réalisateur : Romano Luigi Borgnetto et Vincenzo Denizot

Production : Itala Film (Giovanni Pastrone)

Scénario : Agnès Fletcher Bain et Giovanni Pastrone

Prise de vue : Augusto Battagliotti, Giovanni Tomatis

Avec : Bartolomeo Pagano, Leone Papa, Clementina Gay, Amelia Chellini

Résumé : Poursuivie par une bande de conspirateurs, une jeune femme se réfugie dans un cinéma et regarde le film « Cabiria ». Elle décide de réclamer de l’aide à l’homme fort de ce film, Maciste, et le recherche dans les studios de la société de production Itala Films.

« Le personnage de Maciste a d’abord été présenté dans la première épopée italienne Cabiria (1914) réalisé par Giovanni Pastrone. Ce film à grand succès présente dans un rôle mineur, Maciste l’esclave de Nubian, joué par Bartolomeo Pagano. Le succès populaire de Maciste est immédiat. Il représente un homme charismatique, en possession de force extraordinaire mais aussi un ouvrier acteur employé par les studios Itala à Turin. Le personnage est présenté dans son propre film l’année suivante et lors d’une série de productions Maciste. » 

http://silentfilm.org/archive/maciste-1915

Film projeté en 35MM, copie provenant de la Cineteca di Bologna.

Séance tenante ! Cycle de projections à la Fondation Pathé

Du 26 septembre au 16 octobre 2018

La Fondation Jérôme Seydoux – Pathé donne Carte Blanche à l’association Kinétraces dans le cadre du projet Séances

Le cycle « SEANCE TENANTE ! » invite les spectateurs de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé à découvrir une programmation entièrement consacrée à la séance de cinéma des débuts du cinématographe.

Grâce à une recherche unique menée depuis 2016 par l’association Kinétraces, la salle obscure sera proposée à la découverte sous deux angles particuliers : comme acteur cinématographique à part entière dans une sélection de films où la vie de la salle est intégrée au déroulement d’une intrigue, mais aussi à travers des reconstitutions de séances des premiers temps du cinéma.

« SEANCE TENANTE ! » met en évidence que de nombreuses productions ont utilisé l’univers de la salle de cinéma, ses cabines de projection, le travail en coulisses, de la vendeuse de billets à l’ouvreuse, en passant par les musiciens et les bruiteurs, sans oublier les spectateurs… qui deviennent le ressort comique ou dramatique du récit. La salle obscure accueille tous les fantasmes, ceux qui défilent sur la pellicule et apparentent la séance à un rêve éveillé, mais aussi ceux qui se déroulent dans les fauteuils transformant la séance en scène de séduction. Le genre policier a aussi d’emblée exploité le pouvoir de révélation du film comme preuve juridique, l’inscription sur la bande permettant de révéler l’identité d’un meurtrier ou… l’infidélité d’un conjoint.

« SEANCE TENANTE ! » propose également de partir à la découverte de séances de cinéma d’époque reconstituées. Au programme : une ciné-conférence composée et menée par Germaine Dulac en 1924 au musée Galliera, deux séances typiques de l’Omnia-Pathé (quelques mois avant la guerre en juin 1914 et en décembre 1919) ; et la représentation de Vie et passion de notre Seigneur Jésus-Christ de Ferdinand Zecca, film emblématique de la maison Pathé, tel qu’il fut présenté en mars 1907 aux Folies dramatiques avec la partition d’origine composée par Charles Quef.

Des copies rares provenant des cinémathèques françaises et européennes ont été rassemblées pour l’occasion.

Programme du 26 septembre au 2 octobre 2018

Chaque séance sera l’occasion d’un billet sur ce carnet Hypothèses.

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et l’Association Kinétraces remercient Gaumont Pathé-Archives, le Centre National du Cinéma et de l’Image animée, la Cinémathèque française, Lobster-Films, l’Institut Lumière, la Cinémathèque de Toulouse, le Eye FilmInstitut, la Cineteca di Bologna, El Centro Sperimentale di Cinematografia, le Deutsches Filminstitut, Park Circus, Warner Bros, les Films Starewitch, et la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne nouvelle-Paris 3 pour leur soutien.

[Mise à jour] Appel à communication – Colloque 11-12 décembre 2018 – « Quand montrer c’est faire : performer la séance »

Appel à communication

«  Quand montrer c’est faire : performer la séance »

Colloque Kinétraces 2018

Dans le cadre du projet Séance(s)

11-12 Décembre 2018 à l’INHA

Appel à communication_Colloque Kinétraces 2018_INHA

 

Modalités de soumission :

Les propositions de contribution seront soumises avant le 15 septembre 2018 à l’adresse suivante : projet.seances@gmail.com

Ces propositions (rédigées en français ou en anglais), transmises en fichier attaché (.pdf de préférence), seront composées :

–  d’une proposition d’environ 500 mots, accompagnée d’un titre

–  d’une bio-bibliographie de l’auteur de 250 mots maximum.

Une réponse sera adressée début octobre 2018. Le colloque se tiendra courant décembre 2018.

[Séminaire – #séance 6] Les séances hors de la salle de cinéma dans et en dehors des institutions

Au programme de cette sixième séance de séminaire… dernière de l’année universitaire : interventions de Jonathan Pouthier (Musée national d’art moderne – Centre Pompidou) et du Comité du mercredi (Paris 3) – Jeudi 7 juin, de 18h à 20h

 

Anémic cinéma : brève histoire des espaces de projection au Centre Pompidou

Jonathan Pouthier

 

Présent dès l’ouverture du Centre Pompidou en 1977, le cinéma n’a jamais cessé de migrer au sein de l’institution parisienne. Cette histoire des espaces de projection au musée, qui n’est pas sans lien avec celle des collections et l’architecture du lieu, aura produit une pluralité de gestes de programmation sans avoir forcément su inventer un modèle qui lui serait propre.

Jonathan Pouthier – attaché de conservation et chargé de la programmation de la collection des films du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou

 

La programmation spontanée du Comité du mercredi

Comité du mercredi

 

Le Comité du mercredi est né d’un geste : la réappropriation d’un lieu académique, une salle de classe, transformé en salle de projection où proposer une programmation journalière. Nous étions libres d’organiser des évènements sans contrainte juridique, formelle ou économique, ce qui nous a permis de faire dialoguer les films avec des conférences, des rencontres — et avec l’actualité des luttes.
Bien sûr, ce lieu hybride ne nous donnait pas la possibilité de proposer des séances se devant d’offrir, comme l’écrit Amos Vogel, une expérience « totale, solitaire, hallucinatoire », au cours de laquelle « le spectateur oublie où il est, qui il est, et souffre de toute lumière accidentelle, de tout bruit parasite, provenant de la rue ou de l’auditoire, susceptibles de briser l’illusion qu’il cherche et à laquelle il consent. »
Ces séances aux conditions particulières (gratuites et ouvertes à tout.e.s : étudiant.e.s et ami.e.s, personnels de l’université, gens du quartier, passant.e.s alpagué.e.s au hasard) ont conduit à déconstruire la place du spectateur de cinéma et ses « règles de savoir vivre » intériorisées par tout.e.s (en termes de gestes ; d’allers-venus ; etc…)
L’université étant devenue enfin un lieu de vie, notre salle en était un organe enrichi par le passage quotidien des occupant.e.s, mais aussi soumis aux soubresauts et incertitudes inhérentes à une occupation sauvage.

Comité du mercredi – un comité né au sein de l’occupation de l’université Paris 3, pendant laquelle il s’est engagé à proposer quotidiennement des projections dans ce qui était alors une université ouverte

 

Interventions de 18h à 20h
Suivies d’un cocktail
Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation

Jeudi 7 juin
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

[Séminaire – #séance 5] Les séances en institutions

Cinemateca 18, Montevideo, Uruguay

Au programme de cette cinquième séance de séminaire : interventions de Beatriz Tadeo Fuica (Université de Saint Andrews / Marie Sklodowska Curie Fellowship – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et Stéphanie Louis (Institut d’Histoire du Temps Présent/CNRS) – Mercredi 16 mai, 18h-20h.

 

« Croisements entre l’Europe et l’Amérique du Sud : une étude de séances organisées par des cinémathèques au cours des années cinquante »

Beatriz Tadeo Fuica

Pour Henri Langlois l’exhibition des films était un des aspects essentiels de leur préservation. Dès le début de la création de la Fédération Internationale des Archives du Film (FIAF), il soutint l’inauguration de plusieurs cinémathèques dans le monde entier pour créer un circuit d’exhibition de films. Cette présentation fait partie d’un projet de recherche qui vise à étudier les interactions entre l’Europe et l’Amérique du Sud (représentée par l’Uruguay, le Brésil et l’Argentine) entre 1948 et 1959. Son objectif est de réfléchir sur l’importance d’étudier ces échanges en analysant, plus précisément, des exemples de séances organisées avec des films voyageant entre les cinémathèques.

Beatriz Tadeo Fuica – Docteure en films studies de l’Université de Saint Andrews / Marie Sklodowska Curie Fellowship et de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Le voyage à travers l’impossible, Georges Méliès, 1904

 

« Le génie et l’ordinaire. Remarques historiques sur les organisateurs de séances patrimoniales »

Stéphanie Louis

A partir d’archives diverses liées aux cinémathèques et archives du film, nous évoquerons quelques pistes permettant de penser la professionnalisation de l’organisation de séances en contexte patrimonial.

Stéphanie Louis – Chercheuse post-doctorale en histoire, Institut d’Histoire du Temps Présent/CNRS

Langlois transportant des bobines de film, photomontage d’Enrico Sarsini

 

Interventions de 18h à 20h
Suivies d’un cocktail
Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation

Mercredi 16 mai
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)