[Séminaire – #séance 4] Les séances de cinéma « projetées » en littérature

Au programme de cette quatrième séance de séminaire : interventions de Nadja Cohen (Université KU Leuven) et Philippe de Vita (Université d’Orléans) – Jeudi 26 avril, 18h-20h.

« Entrée des fantômes :

la séance de cinéma dans le roman français contemporain »

Nadja Cohen

Les récits littéraires d’expériences spectatorielles sont presque aussi vieux que le cinéma lui-même. Par leur faculté d’évocation, de révélation et de cristallisation d’autres souvenirs et de fantasmes, les images de cinéma sont notamment un élément récurrent dans les autobiographies du xxe siècle, où elles prennent souvent une forme traumatique. Le cinéma s’étant en grande partie substitué à la littérature dans la culture commune, les références au cinéma foisonnent a fortiori dans la littérature contemporaine mais que reste-t-il plus spécifiquement des évocations littéraires de séances de cinéma, à une époque où le visionnage en salle est devenu une pratique minoritaire ? Je me propose de réfléchir avec vous à cette question à partir d’un corpus provisoirement limité à Tanguy Viel, Le Clézio, Éric Rondepierre, Hervé Guibert, Didier Blonde et Pierre Alféri.
Nadja Cohen – Chercheuse post-doctorale du FWO (fonds flamand de la recherche) en études littéraires, Université KU Leuven.
« Projection du film, projection de la mémoire :
la séance de cinéma dans les textes autobiographiques de cinéastes »
Philippe de Vita
La séance de cinéma est un lieu commun des textes autobiographiques de cinéastes, car ce motif permet de prendre position dans le récit qui retrace ou non une vocation. L’expérience de la séance est reconfigurée : le contexte, le film et sa réception sont restitués ensemble  par le seul moyen du verbe. Surtout, sa signification est réinterprétée et approfondie par le cinéaste au moment de l’écriture. Comme le film se projetait sur l’écran, celui-ci  use de sa mémoire sur le mode de la projection, dans la mesure où, à partir du manque de son enfance perdue,  il rehausse la séance à la dimension du mythe.
Cette communication s’appuiera sur les textes et témoignages de cinéastes très divers, de Jean Renoir à Krzysztof Kieślowski, de Yves Boisset à William Friedkin.
Philippe de Vita – Professeur en lettres modernes, Université d’Orléans

 

Interventions de 18h à 20h

Suivies d’un pot

Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation
Jeudi 26 avril
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *