[Séminaire – #séance 3] Ciné-club et projections pédagogiques

Seìance du Cineì-Club des Femmes de Toulouse au Cineìma Le CrateÌre, anneìes 1970 – Fonds priveì IreÌne Corradin

 

Au programme de cette troisième séance de séminaire : interventions de Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine) et Anne Gourdet-Marès (Fondation Jérôme Seydoux-Pathé) – Mercredi 28 mars, 18h-20h.

 

« Présentation-projection-discussion » :

la séance de ciné-club ou quand la salle de classe rencontre celle du cinéma

Léo Souillés-Debats

Fortement codifiées dès la Libération, les séances des ciné-clubs se composent traditionnellement d’une présentation réalisée par un animateur ou un invité (conférencier ou membre de l’équipe du film : réalisateur, acteur, technicien, etc.), de la projection du film préalablement introduit et d’un débat entre les adhérents du club dont la gestion est confiée à un animateur. Cette communication se propose de dresser un historique de ce schéma directeur de l’entre-deux guerres où il prend naissance jusqu’à la fin du XXe siècle afin d’analyser ce point de jonction entre un mode d’exploitation du cinéma (la salle et la séance) et une certaine posture pédagogique, fruit de la rencontre entre les réseaux d’éducation populaire et ceux d’une certaine avant-garde cinéphile née durant l’entre-deux-guerres.

Léo Souillés-Debats – Maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Lorraine, membre du Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) et du conseil d’administration de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC). Ses travaux portent sur l’histoire du cinéma en France, la cinéphilie, l’enseignement du cinéma, l’éducation à l’image et l’histoire du mouvement ciné-club de 1920 jusqu’à aujourd’hui.

 

Pédagogie et didactique du cinéma aujourd’hui : retour d’expérience

Anne Gourdet-Marès

Depuis 30 ans, l’éducation à l’image a pris une importance cruciale auprès du jeune public. Face à la banalisation des images animées et à une cinéphilie en perte de vitesse, les institutions et salles de cinéma ont multiplié les initiatives pédagogiques pour transmettre aux jeunes générations une culture cinéphilique indispensable à la compréhension des images d’aujourd’hui, mais également pour leur réapprendre à apprécier les films en salle. Riche d’une expérience diversifiée et éclectique, les propositions d’Anne Gourdet-Marès sur l’enseignement du cinéma par le cinéma ont évolué au fil des mutations technologiques, renouvelant sans cesse les approches didactiques auprès du jeune public. Elle présentera les différents ateliers qu’elle a mis en place, ainsi que son retour d’expérience.

Anne Gourdet-Marès –Historienne et technicienne du cinéma, Anne GOURDET-MARÈS est responsable de la collection des appareils de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Par ailleurs, elle propose depuis bientôt 20 ans, des ateliers et spectacles portant sur les inventions techniques du cinéma notamment à l’attention du jeune public. Elle est l’auteure de Si on allait au cinéma !, paru aux éditions A dos d’âne en février 2018. 

Atelier pédagogique en présence d’Anne Gourdet-Mares, 2018, Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, © Thomas Lang

 

Interventions de 18h à 20h

Suivies d’un pot

Entrée libre, ouverte à tous, sans réservation
Mercredi 28 mars
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris, M Bibliothèque)
Salle 681C (Bâtiment des Grands Moulins)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.